Brèves CHS-CT par l’équipe CGT Finances à Paris 1er trimestre 2017

Publié le 10 mars 2017 dans la rubrique CHSCT Paris

DES HUMAINS, PAS DES MACHINES A TIMBRER

La dernière innovation sortie de l’imagination fertile de la hiérarchie de la DRFiP est la réorganisation des services de l’affranchissement à Réaumur et à Londres. Le challenge : comment affranchir trois fois plus de courrier avec moins d’agents (-3 à Réaumur, - 3 à Londres) ; simple : en abandonnant les autres tâches des services communs.

La priorité est donnée au courrier au détriment de l’aide apportée aux collègues des autres services, ce qui provoque des tensions et fait subir une forte pression sur les collègues des services communs. C’est aussi et surtout l’échec d’une réorganisation sans concertation avec les agents et les chefs de service concernés. M. Parini et son encadrement ont plus de considération pour les machines à affranchir que pour les agents.

LA SANTE, C’EST VITAL

Les représentants CGT au CHS-CT ont déposé un droit d’alerte le 18 janvier dont l’objet était la non-conformité des véhicules pour le transport de charges lourdes. Il existait un danger grave et imminent du fait de l’absence de cloison séparative entre l’habitacle et la charge transportée et de points d’ancrage (norme ISO 27 956). Un risque existait de coup du lapin ou d’écrasement par la charge projetée.

Cloison séparative pleine après droit d’alerte

Lors du CHS-CT plénier du 19 janvier, nous avons demandé la convocation des agents des services courriers de Réaumur et de Londres. Ils ont exprimé leur vécu dans leur service, la non reconnaissance de leur métier, l’absence de concertation et même le mépris de leur hiérarchie lors de cette restructuration.

Les représentants CGT ont obtenu, avec l’expertise de l’Inspecteur Santé et Sécurité au Travail, l’immobilisation immédiate des véhicules dangereux, remplacés dès le lendemain du CHS par des véhicules de location dotés de cloisons séparatives.

TOUCHE COULE !

Une fuite du ballon d’eau chaude de plusieurs centaines de litres installé à l’AGRAF a inondé le 8e étage, l’eau se répandant dans les étages inférieurs jusqu’au sous-sol. La CGT a demandé vers 9h à la DRFiP de prendre des mesures de prévention face au risque électrique au contact avec l’eau. Très peu de temps après, la direction décidait de fermer le site et en informait ensuite les chefs de service

Un cadre, adepte du pédalo, est resté sous le prétexte fallacieux de ne pas avoir reçu un ordre formel de sa hiérarchie, laissant ses agents ramer dans l’immeuble, attendant un signal pour quitter le navire. C’est le syndrome anti-costa croisières. Ce chef de service a autorisé les collègues, devenus mousses, à quitter le navire amiral de la DRFiP à 10h18 soit près d’une heure après tous les autres.

VISITES DE SITES

  • 24 février : CDIF Paris Centre et Ouest
  • 3 mars : CDIF Paris Est et Nord
  • 10 mars : futur SDE (enregistrement) de
  • St Hyacinthe
  • 15 mars : Brigades 4 et 5 Paganini
  • 24 mars : Brigades 9 et BCR Argonne
  • 29 mars : PELP, PTGC Paganini, CDIF Paris Sud
  • 5 avril : services communs Paganini
  • 19 avril : futur SDE Londres
  • 3 mai : futur SDE St Sulpice

UN SUCCES A RENOUVELER

L’accueil du SIP du 20ᵉ a été doté d’une vitre demi-lune grâce à la demande des agents et de leurs représentants au CHS-CT après le droit d’alerte déposé face à l’attitude agressive d’un usager, droit d’alerte non encore levé en février.

PAGANINI, UN MOULIN A VENT ?

Trois mois après l’incident, le groom de la grille d’accès du personnel a été réparé. Néanmoins la porte d’accès des agents dysfonctionne et s’ouvre facilement. Dans un contexte de « Vigipirate renforcé alerte attentats », les agents demandent un accès plus sécurisé et des caméras de bonne qualité.

Par ailleurs, que penser de la suppression du poste de veilleur de nuit, du passage au privé du système d’alarme ? Que faire en cas d’absence du chef de service lorsque l’alarme est déclenchée ? Les agents devront-ils prendre des cours d’autodéfense afin d’assurer leur sécurité ?

BRIGADES : DESORGANISATION DU COLLECTIF DE TRAVAIL

La DRFiP a présenté son projet de réorganisation des brigades de vérifications (-9 BDV, -22 vérificateurs, -10 inspecteurs principaux) le 12 décembre 2016 lors d’une réunion des chefs de brigade.

Jugez les méthodes utilisées : la direction réunit les chefs de brigades et leur dit que dans l’après-midi, ceux concernés par la suppression de leur brigade seront appelés ; les vérificateurs, eux, ne sont prévenus de rien du tout...seule une réunion d’information générale à Réaumur était programmée... le 5 janvier 2017.

C’est bien peu de considération pour les acteurs du contrôle fiscal ! La CGT a dénoncé, lors du CHS-CT de janvier, le comportement de l’administration générateur de risques psycho-sociaux.

MIAM MIAM 19e ARGONNE

Mercredi 1 février, une nouvelle cantine a ouvert dans le 19ᵉ. Il ne s’agit pas d’un restaurant administratif AGRAF comme nous l’avions demandé, mais d’une cantine gérée par la société privée Elior. C’est une restauration collective sur site bien appréciable.

Après plusieurs années sans cantine sur place, la mobilisation des agents par des journées festives, un concours photo, des audiences auprès de la direction, etc.ont permis d’avoir une cantine sur place.

Le 1er jour, elle a satisfait les collègues. Soyons vigilants sur la qualité et la diversité des menus ainsi que sur les proportions.

Documents joints

Pour rester informé-e abonnez-vous à notre lettre d'information !

SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0