Accueil SIP 13ème arrondt Tolbiac : des réponses largement insufisantes AUDIENCE DU 9 NOV 2011

Publié le 20 novembre 2011 dans la rubrique Actualité revendicative

Etaient présents : Mr PERI intérimaire de Mr CONRIE, Mme PECHAT , Mr NIZOUX, Mr MERLE, Mme LAPLACE ; 17 agents des SIP GARE et Maison Blanche ; des représentants de la CGT, Solidaire et FO

La réunion débute par la prise de parole de la CGT pour exposer la situation déplorable dans le 13ème : les agents se sont déplacés pour alerter la direction sur les conditions de travail et sur les problèmes de l’accueil qui ne permettent pas d’assurer un service public de qualité . Deux droits d’alerte ont été déposé dans le 13ème respectivement par Solidaire et la CGT. Les usagers font la queue dehors dans le froid. Ce n’est pas digne d’un service public responsable.

Avant le 1er septembre 2011, la réception se faisait avec 15 agents suite à la restructuration, 7 personnes accueillent tous les jours un nombre considérable d’usagers (avec des pics pouvant aller jusqu’à 700 usagers par jour). Les collègues sont sous pression. Ils ne pourront pas tenir longtemps cette cadence infernale. Les agents de l’accueil se font systématiquement écrêtés et l’ensemble des personnes du SIP Maison Blanche sont impactés.

Nous demandons des solutions vis à vis de l’accueil des usagers et en matière d’emploi, il y a urgence !

La réponse de la direction : Elle n’a pas la capacité de ramener des emplois ni d’enlever des emplois ailleurs pour les mettre dans le 13ème.

La CGT rappelle que la direction aurait pu voter contre les suppressions d’emploi ou s’abstenir pour soutenir les agents. Nous demandons que la direction alerte la DG et demande fermement des emplois supplémentaires. Le refus de la direction d’en faire la demande reflète un échec flagrant de la politique mise en place sur Paris.

Selon la direction la seule marge de manœuvre se situe à l’intérieur des services par un équilibre des charges de gestion et des charges de l’accueil (la direction rejette la faute sur ces chefs de service qui ont la possibilité d’organiser leur service).

Mme PECHAT explique la raison de l’affluence par des problèmes de téléphonie, de réponse aux mél et par des contraintes liées aux immeubles de grande hauteur de respect de règles de sécurité (pas plus de 60 personnes au rdc), « il y aura toujours de l’attente dehors .Il faudrait vendre, nous ne savons pas répondre au problème. Les agents travaillent dans des conditions non adaptées. La gestion est bonne, les objectifs atteints, donc les agents peuvent descendre à l’accueil ».

La CGT répond à cette dernière remarque. La conscience professionnelle des agents est aiguisée mais ils sont au bord de la rupture, l’action ne s’arrêtera pas là . Si la Direction estime qu’il y a des missions prioritaires, alors qu’elle les écrive noir sur blanc ! Nous rappelons que nous exigeons les moyens à la hauteur pour pouvoir réaliser l’ensemble de nos missions dans de bonnes conditions de travail !

Mme PECHAT précise alors que « le 1er objectif est de réussir l’accueil. » Si les agents sont en surcharge, Mme PECHAT prend l’engagement ferme : leur vacation sera traduit en terme de diminution des objectifs de gestion.

Mr NIZOUX prendra des mesures particulières et demandera un état des écrêtements, pour compensation. La CGT veux connaître la masse de l’écrêtement.

Nous sommes aussi intervenus sur la sécurité du site : Nous avons rappelé que la formation guide et serre file n’avait toujours pas été assurée malgré notre demande au CHS le 13 septembre 2011 et un rappel sur ce sujet dans notre droit d’alerte le 7 octobre 2011. Nous réinsistons sur le fait qu’elle doit être dispensée à l’ensemble des agents susceptibles d’assurer l’accueil au rdc.

Les boxes d’accueil sont positionnés dos au couloir de circulation des usagers. Les agents ressentent de l’insécurité d’autant qu’ils sont régulièrement obligés de sortir des boxes pour voir le responsable ou pour avoir accès à l’accueil PMR. Les portes par 2 fois ne se fermaient plus et une poignet a été arrachée. La direction n’a répondu que par des aménagements à la marge, dont le changement de poignées !

Les agents ont aussi demandé :
- un recensement des besoins en clef pour accéder aux boxes d’accueil.
- une formation pour mieux appréhender le stress occasionné par l’accueil : elle serait assurée par la direction qui mène une réflexion sur le sujet, un questionnaire sera envoyé aux agents, un recensement sera fait sur les besoins.
- des imprimantes dans tous les boxes d’accueil .

Mr Péri a terminé en énonçant la liste des mesures qui seraient prises. Nous avons demandé qu’elles soient adressées par écrit à l’ensemble des agents et aux organisations syndicales.

De toute évidence le compte n’y ai pas. La direction ne répond que par réorganisation interne mais sans moyens supplémentaires, renvoyant cette responsabilité organisationnelle sur les chefs de service et le dévouement des agents.

Face à cette situation, nous avons distribué un tract et une pétition intersyndicale aux usagers faisant la queue devant l’immeuble pour dénoncer cette situation et exprimer un soutien réciproque agents/contribuables.

Faisons rapidement le point et débattons, agents du site Tolbiac et organisations syndicales, pour définir les suites à donner pour faire avancer nos revendications et remettre les pétitions,

LA LUTTE CONTINUE !

Pour rester informé-e abonnez-vous à notre lettre d'information !

SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0