Le Pavé de Paname n°8 Fin de partie dans le 5ème arrondissement de Paris ? Mars 2012

Publié le 19 mars 2012 dans la rubrique Actualité revendicative

A l’accueil du Centre des Finances Publiques du 5ème, la responsable du SIP sur "recommandation" de la chef du pôle Sud Ouest, a demandé aux deux agents d’accueil de se former mutuellement en vue de la disparition progressive d’un des 2 postes. Pour atténuer la brutalité de cette annonce, la responsable du SIP a précisé que cela ne serait mis en place que pour certaines périodes dites ’creuses’. Personne n’est dupe, l’objectif est bien de supprimer un poste à l’accueil. Ce nouveau dispositif a été présenté également comme une opportunité professionnelle à savoir un enrichissement des tâches à accomplir......mais pour l’agent qui restera. Pour ce dernier, qu’on se rassure, un double métier mais une seule paie.

Les problématiques occultées par la direction sont nombreuses mais la préoccupation première du DRFIP, est la recherche de gains d’emplois (158 suppressions de C en 2012). Qu’importe que les contribuables (RAR, mensualisation, demande de délais de paiement) ne voient plus leur dossier traité au guichet comme c’était le cas à 95 % pour la partie recouvrement. Qu’importe qu’il faille devoir mettre en place un nouveau dispositif, à savoir faire venir les collègues du service RAR ou RECC dans les box, rallongeant de fait le temps d’attente des contribuables et ralentissant les activités du recouvrement contentieux et amiable. La DGFIP avait présenté l’accueil comme la vitrine de sa réforme, elle en a fait le lieu de décrépitude du service public, certains diraient son tombeau.

Cette nouvelle phase inaugure la fin de la séparation des métiers car le nouveau dispositif devrait s’étendre aux services de gestion. D’ailleurs, les applications RAR et RECC ont déjà été installées sur les ordinateurs des secteurs d’assiette. Nous craignons que très rapidement soit demandé à des contrôleurs de la filière gestion publique de prononcer des dégrèvements (il est prévu de commencer par la redevance audiovisuelle) et vice versa pour les collègues de la filière fiscale (mainlevée d’ATD......).

Les conditions de la performance de ce SIP vont donc être modifiées, ce qui apparaît absurde au vu des résultats actuels de cette structure. Alors que le rapport du 16 février 2012 remis par le Conseil des Prélèvements obligatoires relativise l’intérêt de mettre en place le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, plus rien dés lors ne vient expliquer cette réorganisation si ce n’est l’idéologie d’un gouvernement, il est vrai aux abois.

Documents joints

Pour rester informé-e abonnez-vous à notre lettre d'information !

SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0